Atterrissage sur la lune

Publié le par Sylvia

Le deuxième jour, nous avions prévu à notre agenda une journée complète pour voir le Buren. Dans un premier temps, Cliffs of Moher et l’après-midi les étendues du Buren.
Nous décidâmes de suivre la côte, nous voyons au loin derrière les falaises s’estomper dans le rétroviseur. Fidèle au pays, la route était étroite, les prés verts, remplies de moutons, le ciel assez gris et l’océan déchaîné.

Nous avalions les kilomètres sans jamais se lasser de cette plénitude.

 

route Buren

 

Soudain, le paysage change du tout au tout. Ces grands espaces verts se transforment brutalement, tout devient gris et sec sur 300 kilomètres à la ronde, nous entrons dans une autre galaxie, toujours cependant, juxtaposée à l’océan. Nous garons la voiture sur le bas côté et nous décidons de faire à notre tour nos premiers pas sur la lune !

Main dans la main, sous un ciel de plus en plus menaçant, nous nous risquons témérairement à nous éloigner de la voiture. C’est «  ... » les mots nous manquent : « Tellement différent ».


Entre les flaques et les trous, nous essayons de rejoindre l’océan qui nous offre une vue surprenante. Et paf le pieds dans un trou : "attention à tes chevilles" me lance Chris, "c’est pas ici qu’on va trouver un service d’urgences !!! " On s’approche doucement de l’eau, on essaye de regarder en bas du précipice et … Shplaff !!! Une vague claque sur les rochers et nous éclabousse, on est trempes, on part en courant et en criant dans l’euphorie du moment !
 
pierre burenTout autour de nous, le sol est un plateau de pierre désertique, rempli de crevasses et de fissures rocheuses. Elles sont dues au ruissellement des eaux de pluie et à la gélifraction qui est un mode d'altération du sol rocheux, causé par des cycles de gel et de dégel de l'eau à l'intérieur du sol. L'eau ayant une expansion de 9% approximativement, elle force les faiblesses géomorphologique où elle s'infiltre à s'ouvrir de plus en plus car elle augmente en volume et ce, depuis l’aire glacière.
Nous profitons, trempes, un instant de cet endroit si particulier avant de reprendre notre route.
 
Grâce à sa richesse minérale, le Buren est riche en sites archéologiques. On y trouve de nombreux sites mégalithiques, dont quelques dolmens, comme celui qui avait attiré notre attention au détour d’un panneau.

Poulnabrone dolmen irlande irish

 

Les Dolmens sont des tombeaux géants, des monuments funéraires, des ossements ainsi que des offrandes, des céramiques et des objets en pierre, y ont été découverts.
Ce dolmen de Poulnabrone est en forme de portique, dans un site éloigné de l’océan, cette tombe date de 3000 ans avant J.C. Les gros blocs de pierre qui s’élèvent aujourd’hui au-dessus du sol étaient en fait à l’époque primitive les parois et le toit de tout un espace funéraire à l’intérieur où se déroulaient des cérémonies mortuaires.
Un site à avoir la chair de poule entre un ciel noir et apocalyptique dans un univers lunaire.
Nous n’avons pas traîné, et comme la nuit tombe vite fin septembre en Irlande, nous sommes partie à la recherche d’un endroit pour passer notre deuxième nuit.

Nous avons longé de nouveau la côte jusqu’à arriver très vite, trop vite à Galway. En effet, il nous semblait qu’il serait plus facile de dormir dans un endroit un peu sauvage éloigné d’une grande ville. Mais nous avons fait tous les petits recoins de Kinvarra à Galway, sans trouver un endroit aussi beau et désertique que Galway en voiture plagela veille. C’est en persévérant, qu’à la tombée de la nuit nous sommes arrivées à la sortie de Galway (direction Clifden) dans un endroit assez joli, où un parking faisait un bras entre la baie de galway et des marécages.

 

Un endroit parfait pour passer la nuit, la plage du quartier bourgeois aux abords de la ville. C’est vue sur les surfers et le coucher de soleil que nous avons dîné ce soir là, avant notre deuxième nuit qui s’est plutôt bien déroulée.

Commenter cet article

randonnée irlande 29/12/2011 18:15


Le Burren est très particulier, personellement j'adore mais des amis qui vivent à Galway se supporte pas, trop austère.

sylvia & Chris 10/12/2007 17:41

Bonjour !Pour vous en dire plus : En faisant des recherches sur le net, il m’a semblé comprendre que c’était ainsi que ça s’appelle: “salée-sucrée”. Mais pour la décrire, je dirai que ça ressemble à une pâte à pain avec des trous (sûrement fait avec les doigts) et du sucre. Assez simple en fin de compte…Merci de votre visite !

verO 09/12/2007 15:28

BonjourMerci pour votre commentaire laissé sur mon blog. Le vôtre est également bien sympa. Vous dites ne pas trouver trouver la recette d'une "salee-sucree", met que vous auriez mangé en Suisse !?!  Me voilà bien perplexe, car je ne sais pas de quoi vous parlez... pourriez-vous m'en dire plus ? Je me ferai un plaisir alors de vous trouver la recette !Bien à vous deuxverO