Le Connemara

Publié le par Chris

Après avoir profité des sanitaires et lavabos de l’espace réservé aux surfers d’une petite plage située non-loin de Galway, on a tracé vers le Connemara. Tout le monde connaît le Connemara, du moins son nom, grâce à la chanson de l’autre facho que je ne citerai pas car même si nos mères l’adore, il n’en n’est pas moins un petit con. Mais, passons, je ne voudrais pas heurter la sensibilité de ses fans qui passeraient par ces pages.
retroviseurSylvia à fond les pédales, on va direction le loch Corrib (loch : lac) qui fait 200km², le plus grand lac d’eau douce d’Irlande. La pluie nous accompagnait… mais la pluie irlandaise est particulière, elle ressemble un peu à celle de la Bretagne (le même climat océanique tempéré). Elle arrive soudainement sans prévenir, ne laisse guère le temps de sortir un parapluie. Elle est rapide et abondante en très peu de temps, mais s’arrête aussitôt que sa cible est trempée jusqu’aux os. Et là le soleil vient sourire narquoisement derrière un nuage menaçant qui nous rappelle qu’ici c’est lui qui décide. Arrivées au Connemara, le paysage a changé de couleurs, après les kilomètres de pierres grises de l’époque glaciaire, on a découvert des kilomètres de terres dodues aux couleurs rousses.

On a suivi des toutes petites routes étroites de la largeur de notre voiture pour longer le lac sur des kilomètres, en s’émerveillant de tant de verdure et de sérénité jusqu’à que nous croisions une autre voiture et qu’on manque de peu de tomber dans le lac… le mec en face a cru qu’on voulait se suicider quand Sylvia a tenté de se serrer à droite, mais plus de peur que mal, seuls les moutons ont ri à la bonne blague. Ces moutons irlandais aux poils longs qui sont les seuls maîtres du Connemara. Là bas, au Connemara, les moutons sont où ils veulent et font ce qu’ils veulent. S’ils ont décidé de piquer un somme sur la seule route existante, personne ne viendra les déranger… faut dire aussi que personne (ou presque) ne passe par ces routes.moutons irlandais connemara Irlande
Alors, c’est qui qui a été envoyée pour pousser les moutons de la route pour qu’on puisse passer ? Il faut les voir, affalés comme des romains Chris moutons Connemara Irlandeantiques à te regarder en coin avec un œil noir et menaçant… leurs cornes entourées prêtes à nous masser l’arrière train ! Mais ils sont si mignons les moutons irlandais avec leur tête noire ! Alors, on a pris le temps de les regarder vivre, et s’il fallait on les a suivi à leur rythme… je voulais en ramener un, mais Sylvia a prétendu qu’ils n’auraient pas voulu à la douane. Je suis sûre qu’elle me dira pareil quand je voudrai ramener un kangourou d’Australie.
 
Après s’être frayé un passage à travers la faune locale, on a continué notre route vers les terres les plus typiques de la région, les terres les plus désertes. Les sols sont très pauvres. Trop pauvres pour nourrir ses habitants. Ce qui en fait aujourd'hui une région si pittoresque qui porte les traces et la mémoire d’un passé Connemara Irlande bruyère
écrasé par la misère.
Si l’on regarde d’un côté on y voit la montagne avec les monts Maumturk et le chapelet de la chaîne des Twelve Bens of Connemara (les douze monts du Connemara), si on regarde d’un autre, des petits lacs, des marécages colorées par de la bruyère.mouton connemara twelwe Comme c’est une zone humide, on y trouve aussi des tourbières. La terre n’est Tourbière tourbe irlande connemaraplus de la terre mais de la tourbe à forte teneur organique ce qui permet de l’exploiter en tant que combustible. Il est donc courant de rencontrer des tas de « buches » noires un peu spéciales qui sont laissées en tas pour qu’elles sèchent et finissent brûlées dans un poêle. Bien sûr ici aussi on trouve des moutons… ils sont les rois du domaine, étonnés de croiser de drôles de personnages qui ne leur ressemblent pas. 
Sur des kilomètres on ne trouve aucune habitations, les routes sont peu empruntées, et mènent vers l’océan et finissent souvent en cul-de-sac. On prend plaisir à se perdre (c’est toujours comme ça tant qu’il fait jour), et à errer dans un environnement que seule l’Irlande peut offrir.
 
J’avais lu sur un bouquin qu’il y a avait un château en ruine au bord de l’océan dans la région du Connemara, à Cashel. Et en voyant un des rares panneaux de direction, je m’empresse de soumettre cette idée à Sylvia. Une ruine sur un bord d’océan, ça doit être quelque chose… et en avant, c’est toujours quand on suit une direction qu’on ne la trouve pas. Mais finalement, on aurait mieux fait de ne jamais la trouver cette ruine. Y’avait rien à voir… si ce n’est la côte et ses vagues qui craquent sur la voiture. Mais on avait les vitres fermées.
 

Ce qu’on aime par-dessus tout quand on est dans une région côtière, c’est d’aller vers toutes les pointes de terres qui s’avancent dans la mer comme si on était loin de tout et proche de l’infini. Alors avant de rejoindre Clifden, on est parties vers Ballyconneely et Manning Bay, sous la pluie… On a emprunté une petite route qui menait nulle part si ce n’est un petit endroit paradisiaque au bord de l’océan.

 

ballyconneely irlande
arc_en_ciel irlande

 

C’était tellement beau, qu’on a décidé d’y rester toute la nuit.
Et comme le vent était déchaîné, que la pluie tombait de plus en plus fort, on a pris notre douche solaire froide (parce que - comme son nom l’indique - pour qu’elle soit chaude il aurait fallu qu’il fasse soleil) en claquant des dents, et on a rejoint notre intérieur en rampant pour manger nos bagels préférés en admirant les vaches brouter sous un double arc-en-ciel.
C’est en entendant les vagues cracher sur les rochers que nous nous sommes endormies. Mais pas pour très longtemps, car la nuit sera longue à Ballyconneely.

Commenter cet article

randonnée irlande 29/12/2011 18:12


Je découvre au fur et à mesure votre blog et votre voyage en Irlande. Bravo. Le Connemara reste pour coup de coeur en Irlande.

MalpuineRigourd 22/07/2009 08:44

je cherchais le nom de ces charmants bipèdes à longue laine et je tombe sur votre blog! sympa! décicément il faut que  je me décide à aller sur over-blog!BIZ "beurre salé"

Elvira 31/12/2007 09:17

C'est vrai que cette région est magnifique. J'y ai passé quelques jours le mois dernier. J'était logée à Clifden, tout au bout. J'en garde de très beaux souvenirs.

Chris 14/12/2007 19:33

Elle voulait dire "Cashleen"... je crois qu'il y a une faute de frappe ! C'est ça de garder ses moufles pour taper sur un clavier !

Sylvia 14/12/2007 19:14

Sans oublier chashleen qui nous a valu un détour et où le seul interêt est l'océan.Si petit mais si vaste...

Moira 13/12/2007 15:51

Certaines mauvaises langues diraient qu'en Irlande il ne pleut qu'entre deux averses ! ^^ Alors qu'un dicton irlandais affirme qu'en verte Erin il y a les 4 saisons en une journée ;-)Pour ce qui est de Cashel, j'ai visité une année le "Rock of Cashel"... mais dans le comté de Tipperary. Après une petite recherche je me suis aperçue qu'il y avait au moins 5 villes nommées Cashel en Irlande dans différents comtés^^ J'aime beaucoup votre façon de raconter vos péripéties... on a l'impression de vivre ce que vous écrivez.Moira

Jef 12/12/2007 15:43

Oui le Yémen est un très beau pays quoiqu'un peu plus sec que l'Irlande, ceci pour deux filles, je ne sais pas si c'est la bonne destination car toutes les femmes y sont voilées de façon très stricte !En tous cas, votre approche des voyages me plait bien: je vis à Lille et vous, où êtes vous ?Jef

sylvia & Chris 12/12/2007 11:58

Salut Jef !Merci de ta viste et de nous avoir laissé un  petit commentaire. En découvrant ton blog, les photos du Yemen nous donnent envie d'aller découvrir ce pays à notre tour... bientôt peut-être !

Jef 11/12/2007 14:40

Bnjour les filles,on ne se connait pas, mais je voulais vous dire merci pour le récit de vos aventure en Irlande. Cette région est tellement belle et ça me rapelle de très bons souvenirs, surtout dans quelques pubs (voir mon petit article sur mon blog http://deliredejef.over-blog.org)Jef