Brahms et Schumann à Vienne

Publié le par Sylvia

Johannes Brahms est un compositeur, pianiste et chef d'orchestre. Il est considéré comme le « successeur » de Ludwig van Beethoven d’ailleurs sa première symphonie a été décrite comme étant la dixième symphonie de Beethoven. Pour Brahms, être nommé comme le successeur légitime de Ludwig van Beethoven était une  distinction embarrassante, qu’il n’acceptait pas du tout ! De nature plutôt réservé, modeste et complexé, il devait avoir du mal à porter tant d’honneur soudain. Il a eu la chance de rencontrer Schumann qui a dit de lui : « Il est venu cet élu, au berceau duquel les grâces et les héros semblent avoir veillé. Son nom est Johannes Brahms, il vient de Hambourg… Dès qu’il s’assoit au piano, il nous entraîne en de merveilleuses régions, nous faisant pénétrer avec lui dans le monde de l’Idéal. Son jeu, empreint de génie changeait le piano en un orchestre de voix douloureuses et triomphantes. C’étaient des sonates où perçait la symphonie, des lieder dont la poésie se révélait, des pièces pour piano, unissant un caractère démoniaque à la forme la plus séduisante, puis des sonates pour piano et violon, des quatuors pour instruments à cordes et chacune de ces créations, si différente l’une de l’autre qu’elles paraissaient s’échapper d’autant de sources différentes… Quand il inclinera sa baguette magique vers de grandes œuvres, quand l’orchestre et les chœurs lui prêteront leurs puissantes voix, plus d’un secret du monde de l’Idéal nous sera révélé… »  
On trouve la statue de Brahms dans le parc Ressel à Vienne (quartier Karlzplatz)


Dans la vie de Brahms, à part sa rencontre avec Robert Schumann, c’est plutôt celle de Clara Schumann l’épouse de Robert, qui fut un moment important. Puisque – bien qu’elle ait quatorze ans de plus que lui et qu’elle soit mariée à Robert Schumann, son mentor – elle le fascinait. Il était fou amoureux d’elle ! Suite à l’aide apportée par Robert Schumann à la publication de ses œuvres pour piano, Brahms écrit à son mentor : « Puis-je mettre le nom de votre épouse au début de ma deuxième œuvre ? ».
Au cours de sa vie, Schumann est pris par des troubles devenus habituels. Il entend sans cesse la note « la », a des hallucinations, des troubles de la parole. L'angoisse de devenir fou croît de jour en jour. Un jour, il  sort de chez lui, en pantoufles et, après avoir traversé ainsi sa ville sous la pluie, se jette dans le Rhin. Repêché par des bateliers, il est éloigné de Clara qui attend un enfant et est conduit à l'asile dont il ne sortira jamais plus.
C’est après l’internement du maître Robert Schumann, que la relation entre Clara Schumann et Brahms s’intensifie. Ils vivent dans la même maison. Ils s’échangent de nombreuses lettres, témoignages qu’ils ont ensuite détruits presque entièrement.
« Ma bien-aimée Clara, je voudrais, je pourrais t’écrire tendrement combien je t’aime et combien je te souhaite de bonheur et de bonnes choses. Je t’adore tellement, que je ne peux pas l’exprimer. Je voudrais t’appeler par des « chérie » et d’autres termes affectueux sans en être rassasié, pour te courtiser. (…) Tes lettres sont pour moi comme des bisous. » 

Cette lettre sera la dernière avant l’évènement prévisible et pourtant soudain qui bouleversera la nature même de leur liaison : le décès de Robert Schumann. Brahms espère encore pouvoir consoler « sa » Clara pendant cette période de deuil, il devra pourtant se résigner car elle s’éloigne peu à peu de lui. Les lettres échangées perdent de leur passion.
Cependant Brahms reste en liaison avec Clara. Il lui écrit peu de temps après avoir appris qu’elle allait mourir : « Si vous croyez devoir attendre le pire, accordez-moi quelques mots, avec lesquels je peux venir voir s’ouvrir encore les beaux yeux, avec lesquels beaucoup se refermera pour moi. »
Une des choses magnifiques chez Brahms, c’est qu’il laisse transparaître dans sa musique ses sentiments… Contrairement à d’autre musicien, à la période où il vit à Vienne, Brahms est un pianiste couronné de succès et il gagne bien sa vie. Une statue à son effigie se trouve près de l’église Saint-Charles aujourd’hui, dans un petit jardin. Brahms meurt à Vienne en 1897, à 63 ans, d’un cancer du foie selon quelques biographies, mais il s’agirait en réalité d’un cancer du pancréas. Il est inhumé au Cimetière central de Vienne.

Commenter cet article

:0014::0010:dom:0075: 24/07/2008 08:58

Merci de nous raffraichir un peu la mémoire ;-)Bon jeudi ! bisoux.
dom

:0014::0010:dom:0075: 18/07/2008 07:51

Coucou, me revoila ! Les vacances sont terminées (pour ce mois ... ;-) Désolée pour le copier/coller, mais je tiens à tous vous remercier pour
votre fidélité pendant mon absence et j'ai du retard de lecture dans
vos articles ... Bon vendredi ! Bisoux.


                                    


poisson clown 16/07/2008 09:33

La souffrance tout comme l'amour ,la passion peuvent faire naître de très belles compositions !La musique est partout ...si seulement les hommes pouvaient l'entendre ....                                                        Poisson Clown.