Arnold Schönberg

Publié le par Sylvia

Après les compositeurs de « la première école de Vienne », Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart, Ludwig van Beethoven et Franz Schubert, arrive au début du XXième siècle la période de la musique moderne ave Arnold Schönberg et ses élèves Alban Berg et Anton Webern. Tous trois fondent « la seconde école de Vienne ». Grâce à eux, dans la deuxième moitié du siècle, la musique contemporaine voit le jour.

Arnold Schönberg est autodidacte.

Dans ses compositions, il élimine les relations tonales ce qui en fait signifie qu’il n’utilise plus le système musical occidental, mis en place à la Renaissance, et utilisé dans la musique savante depuis le XVIIe siècle. Il élabore le mode de déclamation du « Sprechgesang » un style de récitation à mi-chemin entre la déclamation parlée et le chant (« chant parlé ») avec Pierrot lunaire pour soprano et huit instruments solistes en 1912 il devient le compositeur le plus influent de son temps et  le précurseur de la musique contemporaine d’aujourd’hui..  Cependant, la façon dont la voix est utilisée dans ce mode de composition pose de nombreux problèmes techniques de par sa notation qui est différente et par son style qui aujourd'hui encore soulève des polémiques. 


L'Europe musicale se divise en deux, les musiciens qui sont pour cette nouvelle façon de composer la musique, en abandonnant le système d’écriture tonal d’avant, les anti-atonalistes et les autres, les précurseurs de la musique contemporaine, les atonalistes ! C’est la guerre, les conservateurs n’hésitent pas à perturber les concerts et à demander le renvoi de Schönberg de sa place de professeur.
Schönberg : « Si c'est de l'art, ce n'est pas pour tout le monde. Si c'est pour tout le monde, ce n'est pas de l'art. »
Il est un patriote autrichien dans l'âme (et plus tard nostalgique de l'empire des Habsbourg), il se porte, malgré son âge relativement avancé, volontaire durant la Première Guerre mondiale et sert à l'arrière.

Schönberg se converti au protestantisme en 1898 comme de nombreux israélites "arrivés", mais, face  à la montée de l'antisémitisme il se préoccupe bien vite de ce grave problème, repenser à sa propre religion, il devient de plus en plus amer et virulent. En 1933, il se reconvertit au judaïsme. Au cours de la dernière décennie de sa vie, il tente de proposer un nouveau type de liturgie juive, et même une reformulation complète de certaines prières (le Kol Nidré, prière qui ouvre le Yom Kippour), mais cela reste sans succès.

Commenter cet article