Ca sent quoi ?

Publié le par Chris

Chris : - « Ca sent la Grèce…. »

Sylvia : - « Ah bon ? ça sent quoi ? le poulet grillé ? »

Chris : - « Mais pourquoi veux-tu que ça sente le poulet grillé ? »

Sylvia : - « Ben, tu dis que ça sent la graisse… »

 

 

Les rues sont parfumées à Athènes. Tout d’abord par la pollution qui elle n’est pas  une légende et qui est bien présente, puis par les poubelles et les détritus qui s’amoncellent par endroits (comme près du marché) et qui macèrent au soleil, et bien entendu par les épices. Chaque ruelle embaume la cannelle, l’origan, le gyros et le tzatziki. Bien sûr je n’ai pas eu le loisir d’y goûter sous peine de devoir utiliser l’assurance master-card et de faire aussitôt rapatrier mon cröhn et moi. Tant pis... ce qui est sûr c'est personne ne m'a enlevé le plaisir des yeux.

Les épices sont partout, dans la plus petite épicerie comme dans le marché central de la ville. Ca donne de jolis mélanges colorés qui ont ravi mes papilles mes pupilles.

Et puis y'a toutes les graines dont les grecs sont friands... les graines de sésame, les graines de tournesol, et surtout les pistaches qui proviennent de l'île d'Egine dont ils sont très fiers même s'ils ne produisent que 2% de la production mondiale.

 

On avait la chance d'avoir notre hôtel à deux pâtés de maisons du marché central d'Athènes (rue Athinas, qui mène à l'acropole - le marché à lieu tous les jours sauf le dimanche), et on a pu écouter les cris des vendeurs qui louent les mérites de leurs poissons frais.

Ce doit être pareil avec la viande, mais pour éviter que Sylvia ne tourne de l'oeil dans les tripes, on est restées seulement dans la halle au poisson.

 

A l'extérieur s'étendent les tas de légumes et de fruits colorés à des prix défiants toute concurrence française. On a vu leurs oranges qui sont tachées... en France on les trouverait moches et la ménagère de moins de cinquante ans ne les achèterait pas... et elle aurait tort car rien qu'à l'odeur on pouvait percevoir leur parfum sucré et prononcé. Sylvia a eu le loisir de déguster un jus d'orange pressé tous les matins, et elle a confirmé mon impression olfactive.

On a aussi vu des escargots qui essayaient de se faire la malle avant d'être vendus, des aubergines (pour la moussaka), du raisin (on était en septembre), des pêches grosses comme des pamplemousses, et des olives de toutes les couleurs préparées de mille façons.

 

Voilà comment on a passé plusieurs heures à observer les grecs et leur marché typique haut en couleurs et en odeurs !

 

 

 

 

  Lire l'article suivant : L'Acropole

Commenter cet article

trekking grece 29/12/2011 18:01


Ah la Grèce, que j'aime m'y promener, flaner et sentir tous ses parfums.

trekking grece 29/12/2011 17:59


Ah la Grèce et c'est odeur. Que j'aime m'y ballader, flaner et sentir tous ses parfums.