Sur les traces de l'Oracle

Publié le par Sylvia & Chris

Un jour Zeus aurait lâché deux aigles, l'un du Levant, l'autre du Couchant. Au point où ils se rencontrèrent, est tombée une Pierre sacrée, marquant ainsi le centre. Les Grecs l'ont appelé le «nombril du monde» (Omphalos), pour eux c'était bien le centre de la Terre. Á cet endroit est né un des oracles les plus importants et les plus renommés de l'Antiquité : l'oracle de Delphes. 

Une crevasse de laquelle émanaient des vapeurs naturelles étourdissantes et qui permettaient de prédire l'avenir, serait à l'origine de cet oracle. Le sanctuaire fut consacré à Apollon (dieu de la lumière, de la musique, de l'harmonie et de l'ordre). C'est aussi le dieu qui possédait le pouvoir de divination et qui, à travers ses oracles, révélait aux hommes «la volonté juste de Zeus». Des confins du monde connu, on venait consulter l'oracle du Dieu.Le rituel à suivre pour quiconque voulait consulter l'oracle : - acheter des offrandes, 

- faire un sacrifice, 

 - payer la taxe fixée, 

 - attendre la réponse du dieu qui sortait de la bouche de la Pythie, 

 - écouter l'interprétation que faisaient les prêtres des balbutiements incompréhensibles de la prêtresse.

 

Tous les quatre ans, les grecs se retrouvaient à Delphes pour les Pythia, (sortes de joutes que l'on peut comparer aux Jeux olympiques, mais qui touchaient plusieurs disciplines). Au début, ils avaient lieu tous les huit ans et ne comportaient que des concours musicaux. Mais à partir de 582 avant J.-C., après la première guerre sacrée, ils furent organisés de façon plus systématique, et tous les quatre ans. Aux concours musicaux s'ajoutèrent des concours gymniques et des concours hippiques : les concours musicaux et poétiques se déroulaient dans le théâtre, les concours gymniques dans le stade, les concours hippiques dans l'hippodrome.

Les Jeux duraient huit jours. Les vainqueurs recevaient en prix une couronne de laurier, l'arbre sacré d'Apollon (le laurier), et ils avaient droit d'élever leur propre statue dans le sanctuaire.

 

Le théâtre
 

 

Le théâtre est construit en pierre du Parnasse et date, comme la plupart des théâtres grecs, du IIIe siècle avant J.-C. Il se compose de trois parties : la scène, l'orchestra et la cavea. Il reste peu d'éléments de la scène. L'orchestra, de 18,5 m de diamètre, est dallée et entourée d'un canal de pierre destiné à évacuer les eaux de pluie. La cavea comprend 25 rangées de gradins pouvant accueillir 5 000 spectateurs. Dans le sanctuaire d'Apollon, les concours musicaux occupaient la première place.

 

Le stade

Un peu plus à l'ouest, après avoir marché 10 minutes tandis que Sylvia râlait, on a  fini par trouver le stade, où se tenaient les concours gymniques. La piste mesure 177, 50 m sur 25, 50 m. Les gradins sont répartis sur 12 rangées dans l'hémicycle et au sud. Il devait pouvoir accueillir environ 7000 personnes. Qu'ils arrêtent avec le stade de France, ils ont rien inventé.

 

 

 

 

 

 

 

Le gymnase

 Au sud du site, non loin du temple d'Athéna on est arrivées au gymnase. Dans la Grèce antique, les gymnases servaien t à l'éducation physique des jeunes gens, mais aussi à leur formation spirituelle, conformément à l'idéal antique. Le gymnase  s'étendait sur deux niveaux. Il comprenait même une palestre (une piscine destinée aux athlètes). 

 

 

Le temple d'Athéna

 On le rencontre avant le temple d'Apollon sur le chemin qui vient de l'est. Mais nous avons commencé notre visite par le haut du site. On remarque sur la photo les 3 colonnes remontées de la fameuse Tholos (temple circulaire) construite au 4ème siècle av J.C. Son diamètre était de 13,5 m et il comportait à l'origine 20 colonnes. Après cette visite où nous avons eu froid toute la journée en pleine montagne avec un soleil timide, nous sommes reparties dans notre voiture de luxe, et nous nous sommes arrêtées à Arachovos, le petit village de montagne à quelques kilomètres de Delphes. Là, nous avons acheté un joli tapis grec à un petit grand-père grec, et nous avons dégusté des tyropitas. Miniam miniam !!!   

 

 

 

Lire l'article suivant : quelques expériences culinaires

Commenter cet article