Le vent dans les ailes, le contre-ut du voyage

Publié le par Sylvia & Chris

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous sommes levées assez tôt pour s’apercevoir que le soleil avait lui aussi du mal à se lever dans ce pays. Il n’a fait jour qu’à 8h45, mais bon, faut dire que les nuages avaient décidés de nous accompagner et qu’il pleuvait des trombes.

 

Nous avions dans l’idée de trouver un petit-déjeuner à Utrecht pour profiter de la ville. Utrecht a aussi de nombreux canaux, mais sa particularité c’est que le canal est plus bas d’un étage, et que tout son bord accueille une terrasse et la continuité de caves (parfois des maisons) voûtées.

Oui, c’est pas clair, le mieux c’est de regarder les photos… une ville a deux étages, avec au plus bas niveau : le canal bordé de terrasses et caves.

 

Ensuite, la route nous a fait traverser Gouda, un autre domaine du fromage néerlandais et nous avons tracé notre chemin jusqu’à Kinderdijk.

Un lieu magique que Sylvia attendait avec une grande excitation. C’est un petit village qui se trouve sur un polder au confluent des rivières Lek et Noord. Pour drainer le polder (étendue artificielle de la terre qui est en dessous du niveau de la mer), un système de moulins à vents a été construit vers 1740. Il y a 19 vieux moulins, le regroupement le plus important et le mieux conservé des Pays-Bas. Le site a été reconnu comme faisant partie du patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1997.

 

Pourquoi ce village s’appelle Kinderdijk (littéralement : la digue de l’enfant) ?

Lors de l’inondation du 18 au 19 novembre 1421(Sint Elisabethsvloed) tristement célèbre, les flots avaient englouti une soixantaine de villages. Un chat emporté par les flots, se trouvait au milieu des vagues déchaînées. Il restait comme il pouvait la tête hors de l’eau, griffait l’eau qui voulait l’attirer vers le fond.  Mais le chat était vaillant et courageux et lorsqu’il entendit un bébé pleurer, il s’approcha d’un berceau qui allait se renverser, et au péril de sa propre vie il  réussit à maintenir en équilibre le bébé dans son berceau. La digue sur laquelle le berceau s’est finalement échoué a été nommée Kinderdijk, "la digue de l’enfant".

 Et pourquoi pas la digue du chat ?

 

 

 

  Lire l'article suivant : Bons plans

 

 

 

 

Commenter cet article