Rotterdam, le chromatisme de notre première grande ville hollandaise

Publié le par Sylvia & Chris

Pour continuer dans la bonne humeur avec la musique à fond « Et je chante pour moi car ça me fait plaisir et je chante aussi pour toi ! Je chante aussi pour toi qui as trouvé un p'tit chat. Et je chante pour les p'tits chats pour moi car ça me fait plaisir et je chante aussi pour toi ! Je chante aussi pour toi qui voudrais un chien qu'aboie. Et je chante pour les p'tits chats, les chiens qu'aboient, pour moi car ça me fait plaisir et je chante aussi pour toi ! Je chante aussi pour toi qui voudrais avoir un rat. Et je chante pour les p'tits chats, les chiens qu'aboient, les rats, pour moi car ça me fait plaisir et je chante aussi pour toi ! Je chante aussi pour toi qui veux adopter des oies… »


 On se tape un bouchon d’une heure et dix minutes sur ce que les hollandais appellent le « ring », et c’est vrai que vu leur périf, y’a de quoi boxer ! A peine dégagées des voitures trop occupées à se renifler le pare-choc, on a essayé de trouver le centre-ville… qu’on a pas vraiment trouvé. Mais il faut remarquer que leur ville regorge de petites merveilles architecturales contemporaines.  On peut citer dans le désordre : l’euromast une tour depuis laquelle on peut apercevoir toute la ville sous l’idée de Rem Koolkhaas (un peu comme la space-needle de Seattle dont nous parle notre amie Lenka des Etats-Unis), l’erasmusbrug surnommé le Cygne, qui est un pont incroyable imaginé par Van Berkel, le Kubuswoningen un lotissement de maison en forme de rubixcube réalisé par Piet Blom, le pont rouge qui relie une île au centre de la Meuse conçut par Veerling sous le nom Willemsbrug. 

 

 

 On arrive à ce qui pourrait ressembler à un centre-ville et on cherche un endroit pour goûter une première spécialité hollandaise. On tourne, vire à gauche, vire à droite, fait demi-tour et on rencontre une autre particularité des Hollandais… tout est fermé !

 

A 18h, tout le monde à la maison ! Passé 19h, pas la peine d’espérer trouver un quelconque bouiboui ouvert pour grailler une miette. Dépitées, fatiguées, transies de froid, on est à regret obligées de retrancher vers la seule guinguette ouverte : le Mac Do où dame pipi a été estomaquée de s’apercevoir que Sylvia avait ouvert la serrure d’une porte des toilettes en son absence (car Dame pipi s’apprêtait à rentrer chez elle, à 21h c’était déjà nuit blanche pour elle !).

 

Le centre-ville de Rotterdam a été entièrement détruit par les bombardements de la seconde guerre mondiale, ce qui peut en partie expliquer la difficulté pour trouver le centre-ville (on a coutume de rechercher le centre historique avec ses églises et ses vieilles bâtisses) et qui peut nous éclairer sur son apparence définitivement contemporaine. 

 

 

 

   Lire l'article suivant : Amsterdam la capitale, adagio au levé du soleil

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Stéphane Lacroix 16/01/2013 13:54


Ma soeur y est allé l'an dernier et elle en conserve un souvenir impérissable...

Serrure 30/03/2010 22:23



Mince, j'ai envie d'aller faire un tour à Rotterdam. Peut-être pour les prochaine vacance si des billet low cost sont disponibles!



Lenka 29/12/2006 03:37

Vive la Space-Needle !!! et Vive Seattle !!! C\\\'est jouli tout ça !!!!